IBC 2018 : des milliards de beaux pixels

La 4K n’a plus trop le vent en poupe côté marketing, supplantée par la haute dynamique  – High Dynamic Range – et les cadences élevées de 100/120 images/seconde – High Frame Rate. La 8K, présente depuis bientôt 10 ans grâce au lobbying de la NHK, mise tout sur les JO 2020 de Tokyo bien que personne ne semble emboîter le pas du service public japonais au delà. En consolation, la 8K s’autorise un avenir certain grâce à la Réalité Virtuelle, qui peine toujours à mettre en œuvre suffisamment de pixels dans les masques. D’ailleurs il n’est plus tabou de parler de 16K dans cette quête d’une VR suffisamment réaliste. Et quitte à développer des moteurs de calcul si performants, les idées ne manquent pas, tel le studio virtuel de White Light qui n’en est plus vraiment un.

Par Matthieu Parmentier – France Télévisions – innovations&développements

Produire en 4K n’a plus de sens sans l’apport de la haute dynamique et de la colorimétrie étendue, une tendance confirmée lors de cet IBC 2018 avec la sortie de 3 moniteurs de référence pour l’étalonnage de ces contenus, afin de concurrencer le Sony BVM-X300 bien seul sur ce marché depuis bientôt 3 ans. Ce « bon vieux BVM-X300 » utilise la technologie OLED aux niveaux de noir incomparablement profonds, mais qui présente un défaut propre à cette technologie dès que le nombre de pixels lumineux se multiplie : pour sauver la consommation de courant et certainement la santé de son électronique, les écrans OLED doivent diminuer l’intensité. Pour étalonner des contenus HDR, ce genre de défaut s’avère assez ennuyeux, puisque d’une image à l’autre l’intensité peut varier tandis que les pixels présentent officiellement la même valeur de blanc. Sony a d’ailleurs toujours joué la transparence, puisque dès que son moniteur OLED accuse trop de pixels blancs et rentre en mode « auto-limitation de la luminance », une diode rouge discrète s’allume en bas à droite.

Triptyque comparatif chez Sony : à gauche l’OLED BVM-X300 en flagrant délit d’auto-limitation, au centre le nouveau Sony LCD BVM-HX310 et à droite son concurrent direct l’Eizo Prominence CG3145

La combinaison ultime : des noirs aussi profonds qu’en OLED avec la luminosité linaire et absolue des LCD semble désormais aboutie avec une nouvelle technologie évoquant un sandwich de dalles LCD associé à une matrice de rétro-éclairage ultra précise. Il se murmure que c’est une usine Panasonic qui fournit ces nouvelles dalles 31 pouces, que l’on retrouve chez Eizo depuis plusieurs mois (l’excellent Prominence CG3145), et donc très bientôt chez Sony avec son BVM-HX310 comme chez Flanders Scientific (XM-311K) mais au double du prix annoncé par les autres. Curieusement Panasonic ne présente rien.

Le XM-311K de Flanders Scientific – annoncé à un prix public entre 40 et 50.000 $ !


Le car-régie UHD-HDR d’Arena, visible sur le stand Grass Valley

 

Dans le beau car-régie Ultra HD-HDR exposé par Grass Valley, on remarque plusieurs innovations ergonomiques. Le recours intense aux mosaïques à l’aide de larges écrans quasi grand public UHD-HDR permet de contourner les problèmes de rendu colorimétrique et dynamique. On remarque aussi un poste de réalisation qui bénéficie enfin d’un écran de grande dimension, pour mieux se figurer le nouveau rapport de distance à l’image des téléspectateurs Ultra HD.

Le large recours aux mosaïques permet d’intégrer un écran de grande taille pour le poste de réalisation

A l’instar du Millenium Signature d’AMPvisualTV, ce car-régie privilégie le placement des baies climatisées au centre du châssis (poids total de 34 tonnes), pour repousser les murs d’écrans et les postes de travail vers les triples soufflets extérieurs. Taillé pour les grands événements sportifs, il totalise une surface de près de 100 mètres carrés et peut tourner en 2160p50, 1080p50, 1080i50 en haute dynamique (aux standards ST.2084 ou HLG).

Le couloir des ingés-vision

Seul hic, la régie son compatible 3D est installée à côté d’un mur de baies insuffisamment isolé sur le plan phonique…


A l’heure d’intégrer l’Ultra HD-HDR dans les cars de production, la nécessité d’acquérir des moniteurs au format rackable s’oppose au concept de taille minimum pour une dalle 4K… en conséquence les solutions se font rares, à deux exceptions près…

Les solutions rackables 17″ de Canon pour le monitoring UHD-HDR

TV logic propose désormais une référence UHD-HDR au format rackable


Fujinon complète sa gamme d’optiques broadcast en monture B4 et qualité Ultra HD avec un zoom 46x, du 9,5 au 437 mm.

Le zoom UA46x9,5 BERD-U1 de Fujinon

A noter la démonstration pédagogique entre 2 optiques HD et Ultra HD à l’aide d’une mire particulièrement efficace collée sur un tableau lumineux.

A gauche, une optique HD associée à un capteur Ultra HD, à droite… l’optique Ultra HD.


Quittons les promesses des milliards de beaux pixels de l’Ultra HD pour nous pencher sur le quotidien des chaînes d’actualité. La filiale commerciale de la ZDF : ZDF Digital, a ainsi développé une appli de MoJo (Mobile Journalist) particulièrement complète pour iPhone.

L’application MoJo de la ZDF Digital

Au delà des bonnes idées ergonomiques pour gérer conjointement l’exposition, la mise au point et surveiller les niveaux sonores, l’application permet de travailler au format d’image carré (pour poster directement vers certains réseaux sociaux) et offre un outil de montage simple ainsi qu’un habillage complet basé sur les modèles de la chaîne (synthés pour identifier les personnes interviewées, logos de chaîne et d’émissions). ZDF Digital commercialise cette application en l’adaptant aux besoins des diffuseurs (chaînes et institutionnels) qui l’adoptent.

Chez l’américain TVU, dont les transmetteurs 4G permettent aux JRI de terrain de prendre l’antenne en direct via Internet, c’est l’heure de brancher quelques algorithmes d’IA pour analyser les flux en temps réel.

Le service « reconnaissance faciale » propose d’attribuer les images au journaliste reconnu.

Plus fort encore – mais en Anglais surtout – le sous-titrage automatique !


Retour vers l’Ultra HD, T21 est spécialiste du streaming en environnement broadcast, et propose son T23, une set top box professionnelle capable d’accrocher un flux IP encodé en HEVC et générer un flux HDMI Ultra HD-HDR pour le monitoring. Une alternative au détournement actuel des set-top box grand public pour la vérification des flux (Nvidia Shield et Apple TV 4K notamment).

T21, de petits produits sympathiques !


Finissons ce (trop) rapide tour des innovations vidéo de l’IBC par ce studio virtuel qui n’en est plus un. Aux journalistes aventuriers qui doivent apprivoiser les fonds verts et se figurer de complexes scénographies incrustées en 3D – et en direct – les Anglais de White Light ont pensé à eux. Surfant sur le concept de Mixed Reality, le « système complet » (compter 500 k€) comprend une régie associée à une caméra « trackée en 3D » à l’aide de mires placées au plafond, un éclairage du « studio » d’environ 10 m2, lequel studio est en fait fabriqué à partir d’écrans LED, du sol aux murs.

Avec le studio virtuel de White Light, le décor n’est plus du tout virtuel…

Sur les écrans sont projetées les parties de décor situées derrière les personnes filmées, à la place du fond vert. Le moteur de rendu rajoute les éléments de décor virtuels placés devant les personnes, et fait évoluer le décor affiché en fonction des mouvements de travelling et de zoom de la caméra. 40 ans après l’invention du premier fond bleu pour la météo, il devient enfin possible de voir la carte que l’on commente !

Ce contenu a été publié dans Ultra-HD. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *