NAB 2016 : Quatre tendances

Cette année, le NAB faisait la part belle aux démonstrations de mise en œuvre d’ATSC 3.0, tous les constructeurs estampillant leurs produits comme interopérables avec cette nouvelle norme de transmission terrestre américaine, l’équivalent de notre DVB-T. Qu’il s’agisse d’IP, de HDR, d’audio immersif, les fabricants abattaient leur carte pour démontrer à quel point leurs avancées technologiques maintenaient une rétrocompatibilité avec les différents formats de production et de transmission, se rassurant les uns les autres, pour une chaîne broadcast et OTT suffisante de bout en bout. On ne demande qu’à voir… Lire plus.

L’IP poursuit sa colonisation de toute la chaîne de fabrication/diffusion des contenus audiovisuels, garantissant sur le papier la synchronisation des signaux audio et vidéo, via la mise en application des normes VSR TR-03/04 et SMPTE 2022-6. Ce NAB 2016 aura été “logique” dans tous les sens du terme. Non seulement ce salon résulte de la nature même de l’évolution des métiers du broadcast, cohérent donc et rationnel, mais aussi parce cette évolution naturelle le conduit du SDI au monde IP, deux mondes logiques. Lire plus.

Les démonstrations end-to-end de Réalité Virtuelle pleuvent, le nombre de stands déborde dangereusement sur la zone audio, de plus en plus malmenée, avec des fabricants cantonnés à promouvoir des produits audio 3D compatibles IP AES67. Fort de leur participation aux consortium MNA (Media Networking Alliance) et AIMS (Alliance for IP Media Solutions), la majeure partie des manufacturiers supportent les standards ouverts que sont VSR TR-03 et TR-04, pour l’interopérabilité de toutes les solutions audio/vidéo du marché, de quoi sécuriser les investissements de leurs clients et les rassurer par la même occasion. Compétition dans l’innovation, qualité du produit et coûts maîtrisés deviennent des arguments commerciaux face à la menace d’une guerre des standards.

L’Ultra HD dans sa seule dimension de course à la résolution vidéo ne suffit pas à augmenter de façon significative l’expérience utilisateur. Malgré une absence notable de la dimension HFR, tout le monde s’accorde à démontrer que le rendu haute dynamique et les nouveaux espaces colorimétriques nous feront définitivement basculer dans une immersion promise de longue date. Le HDR constitue une vraie innovation de rupture, jusqu’à 3 fois plus perceptible que la définition 4K par rapport à la Haute Définition selon les tests indépendants menés par le consortium 4EVER/2 et l’EBU. Les poids lourds du marché brandissent chacun leur courbe de gamma maison : S-Log, C-Log, J-Log ou Dolby Vision sont autant de solutions propriétaires qu’ils tentent de faire normaliser, face à la solution libre et rétrocompatible Hybrid Log Gamme de BBC/NHK. Du HDR, oui, mais lequel ? Lire plus

Vincent Dabouineau – Innovations & Développements – France Télévisions

Ce contenu a été publié dans IP, Réalité virtuelle, Ultra-HD. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *