NAB 2017 : Production IP

L’attraction du NAB cru 2017 est probablement l’IP Showcase du hall nord. L’IP Showcase est une initiative de l’AIMS (Alliance for IP Media Solution), une alliance à laquelle adhère l’ensemble des équipementiers du monde du Broadcast. Dans cette zone où une trentaine de fabricants cohabitent, l’objectif est visiblement de rassurer l’ensemble de la communauté Broadcast. Si certains reconnaissent la complexité de réaliser une telle plateforme, celle-ci a le mérite d’être fonctionnelle, et elle prétend mettre en œuvre le nouveau standard qui semble adopté par l’ensemble de l’industrie : le SMPTE 2110.

Par Edmond Debar – France Télévisions – innovations&développements

Les équipements sont connectés à des switchs Cisco et Arista qui proposent une infrastructure « à plat » sur un seul réseau IP et sans gestion logiciel SDN. Un réseau simple à l’extrême pour éviter de se disperser et permettre à tout le monde de travailler sur les « vrais » problèmes d’interopérabilité. La synchronisation du temps est 100% PTP (Precision Time Protocole ou SMPTE2059), ce qui est remarquable d’une part car en octobre dernier de nombreux équipements demandaient encore du black burst, et d’autre part parce que cette infrastructure est formée de plusieurs constructeurs fonctionnant ensemble, ce qui n’était pas le cas en octobre dernier non plus. Enfin la partie Audio est en AES67.

L’ensemble des standards SMPTE 2110-x permet la séparation des essences dans des flux différents, mais il n’est à ce jour pas encore ratifié. À noter que l’interopérabilité avec l’actuel standard SMPTE 2022 est rendue possible avec le SMPTE 2110-50.

Dans ce même hall nord on retrouve les deux constructeurs canadiens impliqués dans l’IP Showcase.
Chez Evertz, on se défend d’utiliser des protocoles propriétaires. On justifie que c’est le marché qui a guidé ces choix et que si des standards pertinents avaient existé, ils auraient été adoptés. D’ailleurs le SMPTE 2110 succède à ASPEN de manière naturelle dans leur roadmap dès la fin de l’année, ce qui reste logique étant donné que la norme n’est pas encore finalisée. Les équipements réseau proposé par Evertz sont des switches réseau IP mais doivent être soumis à l’usage du SDN maison : le SDVN qui s’appuie sur un protocole de communication propriétaire avec l’architecture réseau, ce SDVN peut être ouvert à des clients d’un opérateur fibre « broadcast » de façon à ce que ceux-ci ouvrent des lignes en s’auto-facturant et en maitrisant ainsi leur usage et leur consommation.

 

Chez Ross, on insiste sur les nouveaux systèmes de rendu graphiques et virtuels de la gamme XPression v7.0 qui disposent désormais d’entrée/sortie IP SMPTE 2022-6 & -7. En plus des XPression, Ross présente Frontier qui va bien plus loin dans la réalisation de studios virtuels, notre interlocuteur parle même de Photo réalisme. Frontier s’appuie sur le moteur graphique d’unreal d’Epic, Ross ajoute l’outil UX Design qui va permettre à un seul opérateur de gérer toutes les caméras et les moteurs de rendu par le biais de . Fort du rachat de Coveloz, éditeur de logiciel et de solutions IP, Ross a pour objectif clair d’investir ce marché tout en continuant à proposer des produits SDI et à sponsoriser le 12G SDI, technologie idéale selon eux car alliant les avantages et la simplicité du SDI. Leur grilles Ultrix sont ainsi capables de véhiculer des débits allant de 270Mbps à 12Gbps et disposent (nouveauté sur le NAB 2017) de fonctionnalité de « Frame sync » en entrée, en plus des fonctionnalité mux/demux ou clean switch. Ces fonctionnalités sont des fonctions logicielles et sont accessibles sur n’importe quelle entrée car ce sont des licences flottantes. L’option multiviewer supporte elle jusqu’à 80 vignettes par sortie, une telle quantité de vignettes peut s’avérer utile pour monitorer de la diffusion.


SuitCase TV a développé le système « IPhrame » afin de réaliser de la production déportée. Ce système combine une solution hardware avec des entrées IP, ASI et SDI dans une valise et une solution logicielle afin de fournir un système de production temps réel. Au cœur de la valise on retrouve un PC standard qui permet d’éviter un grand nombre d’équipements traditionnellement requis. Suitcase TV explique que les objectifs de sa solution sont d’être économique et simple : moins de matériel et surtout moins de moyens humain à envoyer sur place, en effet, comme la solution est basée sur IP, la réalisation peut être faite à distance, des résolutions proxys sont envoyées sur site (éventuellement via des serveurs sur le Cloud) et une gestion fine des délais et des buffers permet d’effectuer une réalisation légèrement différée mais totalement synchrone entre le site de captation et le site de réalisation. Une liaison de 40Mbps suffit pour une réalisation avec 3 caméras et 8 entrées audio, l’éditeur promet de limiter davantage la bande passante nécessaire à 20Mbps pour ce type de réalisation. Cette solution a gagné l’Award « Live sports broadcast » délivré par le journal « DVBEurope » en octobre 2016 lors d’un POC réalisé sur l’Euro 2016.

https://www.suitcasetv.com/broadcast-solutions/live-event-mixing/


Le constructeur norvégien est à l’origine de l’alliance AIMS il ya un peu plus d’un an. Il est naturel qu’il soit fortement impliqué sur l’IP Showcase car son but est clairement de promouvoir les standards ouverts, afin de contrer les volontés des géants de l’industrie. Pour ce NAB 2017, Nevion démontre de nouvelles évolutions logicielles de sa plateforme Virtuoso qui avait été lancée il y a un an. Cette plateforme supporte maintenant le codage JPEG2000 pour les vidéos UHD, la synchro temps PTP, l’encryption AES ainsi qu’une série d’outils de monitoring SMPTE 2022-6, JPEG2000 et SD/HD/3G SDI.

Ainsi Nevion affiche clairement son changement d’orientation, de constructeur d’équipements il passe désormais au statut d’éditeur de logiciels, cette plateforme étant le nouveau fer de lance de sa gamme. Virtuoso est donc un simple serveur équipé d’interfaces, une boite à outils prête à héberger les services dont nous avons besoin.

L’éditeur annonce déjà le support des différentes recommandations techniques TR03 & TR04 ainsi que davantage de fonctions Audio & Video.


Aperi accompagne notamment GearHouse dans l’utilisation d’infrastructures IP sur le marché australien. Une trentaine de stades de football (australien !) sont ainsi reliés aux régies de Melbourne et Sydney pour permettre la réalisation des matchs à distance.

Le principal produit d’Aperi est un switch IP à la forme bien particulière qui accueille jusqu’à 5 cartes d’entrées/sorties/process, chacune capable de fournir des fonctionnalités orientées « production à distance ». Le châssis d’accueil fournit la connectivité IP entre toutes les cartes et d’autres châssis.

Aperi affirme suivre de près l’évolution des standards, notamment IP, et privilégier l’open-source. Pour l’instant, la solution qui fonctionne est basée sur un encodage léger et très rapide, permettant au réalisateur « distant » de commuter des sources Ultra HD avec un retard de 32 ms (inférieur à 1 image en 25 fps). L’une des cartes-processeurs est chargée de réaliser une mosaïque des sources vidéo disponibles pour la réalisation. Le cas d’usage australien utilise 3 flux vidéo : 1 flux « mosaïque » et 2 flux destinés à alimenter les moniteurs preview/antenne.

Ce contenu a été publié dans informatique, IP. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *